Postes vacants

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Intéressé(-e) par un emploi au Muséum ? Voici toutes nos offres d’emploi.

L'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (RBINS, Belgique) recrute un doctorant (H / F / X). Le doctorant effectuera des recherches dans le cadre du projet OUTFLOW (Quantifying the cOntribUTion of Fouling fauna to the Local carbon budget of an Offshore Wind farm, 2021-2025) financé par la Politique scientifique belge. Les travaux de recherche seront conduits en collaboration étroite avec le groupe de recherche en Biologie Marine et le laboratoire de recherche Bioscientifique sur les Isotopes (ISOFYS) de l’Université de Gand.

Contexte

Ce projet est ancré dans la volonté de la société de lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de dioxyde de carbone. Cela peut être réalisé en utilisant des sources d'énergie renouvelables, l'une d'entre elles étant l'énergie éolienne. Les développements de l'énergie éolienne, nécessitant beaucoup d'espace et de vent, sont souvent situés dans des paysages ouverts et venteux, largement disponibles en mer, ce qui entraîne une prolifération de parcs éoliens offshore (OWF étant l’abbréviation courante en anglais). Les éoliennes se comportent comme de nouveaux substrats artificiels durs et sont rapidement colonisées par la faune à de forte densité, la majorité d'entre elles (en termes d'espèces, de densité et de biomasse) étant des organismes filtreurs, se nourrissent de matière organique en suspension dans la colonne d'eau. Dans le même temps, à proximité immédiate des turbines, de fortes modifications des caractéristiques des sédiments et de l'infauna ont été révélées.

Ces changements englobent un affinement et un enrichissement organique des sédiments, avec une augmentation de l'anoxie dans des sédiments autrement bien aérés, et un changement dans les communautés macrofauniques. L'hypothèse a été émise que ces changements proviendraient de la biodégradation de matière organique, principalement sous la forme de pastilles fécales et de ‘pseudofaeces’ produites par les organismes colonisant les turbines.

L'hypothèse primordiale de OUTFLOW est que la production de granulés fécaux par la fune colonisante joue un rôle important dans la dynamique locale de la matière organique et la séquestration du carbone dans les sédiments des parcs éoliens offshore. Cette hypothèse sera testée à travers 6 objectifs: (1) développer des traceurs pour les granulés fécaux; (2) estimer la contribution des granulés fécaux dans la quantité de matière organique pélagique et sédimentaire dans les OWFs; (3) modéliser les dimensions spatiales de l'enrichissement des sédiments ; (4) déterminer ce que deviennent les granulés fécaux dans les sédiments; (5) estimer le potentiel de séquestration du carbone des sédiments modifiés par les parcs éoliens offshore, et (6) étudier l'effet des parcs éoliens offshore sur la dynamique de la matière organique et la séquestration du carbone à une plus grande échelle géographique.

Tâches

Le doctorant contribuera directement aux objectifs (1), (2), (4) et (5). Le doctorant combinera pour se faire de la recherche expérimentale, du travail sur le terrain, du traitement statistique des données et de la modélisation de la réponse biogéochimique de l'environnement. Plus précisément, le doctorant développera les traceurs des granulés fécaux et des autres fournisseurs de matière organique en utilisant des techniques d'isotopes stables et les appliquera dans une série de travaux de terrain et expérimentaux impliquant la colonne d'eau et les sédiments. Les données seront analysées en utilisant une combinaison de techniques statistiques et de modélisation écologique.

Diplôme

  • Master en sciences ou en génie des biosciences (dans le domaine de la biologie, de la biochimie, de l'océanographie ou équivalent) ou en Sciences Bio-engineering (dans le domaine ‘Bioprocess Technology’, des Sciences et technologies environnementales, du ‘Land and Water Management’ ou équivalent)

  • Fort intérêt pour la recherche multidisciplinaire liée à l'écologie marine

  • Ouverture d'esprit, volonté de coopérer

  • Prêt à prendre des initiatives, mais aussi à collaborer étroitement avec les autres membres de l'équipe

  • Prêt à participer à des campagnes d'échantillonnage de plusieurs jours en mer

  • Prêt à participer aux conférences et symposiums (inter) nationaux

Compétences techniques

  • Un aperçu adéquat de l'analyse et de l'interprétation des données

  • Connaissance du traitement statistique des données

  • Une bonne connaissance de R est un plus

  • Un intérêt marqué pour le travail expérimental

  • Excellente connaissance de l'anglais (écrit et parlé)

Compétences génériques

  • Excellentes compétences organisationnelles, communicatives et sociales

  • Capable de planifier son propre travail, d'organiser et de respecter les délais du projet

Offre

  • Un poste de doctorat à temps plein à l'IRSNB pour 4 ans 

  • L’inscription à l’UGent, offrant l’accès aux cours du ‘Doctoral School Program’ (https://www.ugent.be/doctoralschools/en) et aux opportunités d’assister aux cours théoriques et aux travaux pratiques en biologie et en écologie et de superviser les thèses pour les étudiants des degrés bachelor et master 

  • Un environnement de recherche dynamique, stimulant, varié et stimulant 

  • Navette gratuite avec transports en commun et / ou allocation de vélo

DEBUT :

  • Mai 2021

Solliciter

Si vous êtes intéressé, veuillez envoyer votre curriculum vitae avec une lettre d'accompagnement, ainsi qu'une copie de votre diplôme de maîtrise, avec la référence " OUTFLOW " avant le15 mars 2021 à Mme Yolande Maes (ymaes@sciencesnaturelles.be).

Pour plus d'informations:

Les entretiens avec les candidats présélectionnés auront lieu le 24 mars 2021.

Seules les candidatures correspondant au profil et reçues dans les délais prévus seront prises en compte.

Go to top