Exposition permanente » 250 ans de Sciences naturelles

  • Gorilla / Gorille
  • Tortue / Schildpad / Turtle / Schildkröte (CITES)
  • Belgica (screen / écran / scherm / Bildschirm)
  • The fossilized tree stump from Hoegaarden in '250 Years of Natural Sciences'

250 ans de Sciences naturelles

Dans cette salle, des expéditions scientifiques mémorables, des chantiers de fouilles insolites, des découvertes étonnantes, des histoires émouvantes et des spécimens remarquables retracent l’évolution de notre Muséum. Avec ses 37 millions de spécimens (minéraux, dinosaures, insectes, coquillages, mammifères terrestres et marins…), il possède aujourd’hui la 3e plus grande collection de sciences naturelles d’Europe, après Paris et Londres ! Il est bien loin, le cabinet de curiosités de Charles de Lorraine, fondé en 1751…

Éléments remarquables

Une météorite de l’Antarctique
  • La météorite lors de sa découverte en Antarctique

Durant l'été austral 2012-2013, une équipe belgo-japonaise a recolté pas moins de 425 météorites sur le champ de glace bleue de Nansen, en Antarctique. Découvert le 28 janvier 2013, ce spécimen de 18 kg serait, selon les chercheurs belges, la plus grosse météorite collectée depuis 25 ans en Antarctique de l'Est, et la 5e plus grosse sur plus de 16 000 météorites retrouvées dans cette partie de l'Antarctique.

Probablement originaire de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, il s’agit d’une chondrite ordinaire, c'est-à-dire le type le plus abondant de météorites retrouvées sur Terre. Cependant, sa taille la rend tout à fait exceptionnelle. Jugez-en par vous-même : vous pouvez désormais l’admirer de près dans la salle, en face de la Belgica…

La forêt pétrifiée de Hoegaarden
  • Photo du tronc fossile dans la salle

En 2000, lors de la construction de la ligne de TVG entre Bruxelles et Liège, des centaines de souches et quelques troncs fossilisés ont été mis au jour dans la région de Hoegaarden.

Attribués à Glyptostroboxylon sp., ces arbres sont proches des cyprès chauves qui poussent aujourd’hui dans les marais de Louisiane, Floride… Ils reposaient sur une couche de tourbe-lignite, preuve de la présence d’un marécage dans la région il y a 55 millions d’années.

Comptez vous-même les cernes de croissance sur la souche fossile exposée.

 

Le mammouth de Lierre
  • Photo frontale du mammouth de Lierre

En 1860, lors de travaux sur le cours de la Nèthe, à Lierre (province d’Anvers), sont mis au jour les ossements de deux mammouths adultes et d’un jeune, ainsi que des restes d’une hyène des cavernes, d’un cheval et d’un cerf, tous datant du Paléolithique supérieur (il y a 35 000 à 10 000 ans).

En 1869, c’est Louis De Pauw – à qui sera confié le montage des iguanodons de Bernissart quelques années plus tard – qui est chargé de reconstituer un squelette d’adulte. Pour remplacer les os manquants, il fait sculpter des pièces en bois. Les visiteurs viennent de toute l‘Europe pour admirer le résultat : à l’époque, le seul autre mammouth monté en position probable de vie est exposé à Saint-Pétersbourg, en Russie !

C’est ce même spécimen reconstitué par De Pauw qui est exposé dans cette salle.

Le thylacine
  • Photo du thylacine

Le thylacine, ou « loup » de Tasmanie, est un marsupial australien capable d’ouvrir la gueule très très grand. Enfin, il l’était : le dernier est mort en 1936. Ce carnivore timide a été éliminé de façon systématique : on prétendait qu’il était une menace pour les élevages de moutons. Pourtant, il s’apprivoisait facilement…

Le thylacine exposé dans cette salle est entré dans notre collection en 1871 ! Ce spécimen historique – rare et fragile – a nécessité des conditions d’hygrométrie et de luminosité particulières, raison pour laquelle il est exposé dans une vitrine qui ne s’éclaire qu'à l'approche des visiteurs.

Venez visionner les images du dernier spécimen captif et écouter son cri poignant…

Une expertise contre le commerce illégal
  • Photo du tigre de Sibérie exposé dans la salle '250 ans des Sciences naturelles'

Nos scientifiques sont régulièrement consultés en tant qu’experts dans le cadre de conventions internationales comme la CITES qui vise à réglementer le commerce des espèces animales et végétales menacées d’extinction. Leurs rôles : informer le législateur et identifier les spécimens contrôlés ou saisis par les services douaniers.

Depuis le 22 octobre 1987, le tigre de Sibérie, Panthera tigris altaica, est repris dans l’Annexe I de la CITES : il en restait moins de 3200 à l’état sauvage en 2010 selon le WWF ! Le spécimen exposé dans cette salle provient d’une confiscation judiciaire et a été confié au Muséum par le Procureur du Roi d’Anvers en 2006.

La Belgica
  • La Belgica, prises dans les glaces
  • Photo de Adrien de Gerlache

La toute première expédition scientifique internationale en Antarctique a été initiée par un Belge, Adrien de Gerlache. Elle a débuté en août 1897, à bord de la Belgica.

En deux ans, l’équipe multidisciplinaire a fait des relevés océanographiques et météorologiques, cartographié le futur « Détroit de Gerlache », inventorié la faune terrestre locale, prélevé des spécimens de la faune marine… Quantité d’espèces nouvelles ont été découvertes et ramenées au Muséum : près de 50 ans ont été nécessaires pour toutes les étudier !

Prêtez l’oreille au récit prenant de l’expédition, suivez son déroulement et découvrez ses résultats sur des bornes multimédias.

Le bâton d’Ishango
  • Photo du bâton d'Ishango dans la salle 250 ans de Sciences naturelles
  • Photo de Jean de Heinzelin sur la rive du Lac Édouard en 1950
  • Photo des 4 faces du bâton d'Ishango

Le bâton d’Ishango a été mis au jour sur la rive congolaise du Lac Édouard en 1950, lors de fouilles supervisées par un géologue du Muséum, Jean de Heinzelin. Il s’agit, en réalité, d’un bout d’os vieux de plus de 20 000 ans, mesurant 10 cm de haut et surmonté d’un fragment de quartz.

Sa particularité : il est couvert d’encoches regroupées par ensemble. Par exemple, sur l’une des faces, se succèdent des groupes de trois, six (2 x 3), quatre, huit (2 x 4), cinq et dix (2 x 5) stries.

Observez-le par vous-même et déchiffrez-le grâce à sa borne multimédia.

Vous souhaitez en savoir plus à ce sujet

Go to top