Actualités

Des sardines (Stolothrissa tanganicae) du Lac Tanganyika (photo: Els De Keyzer)
15/01/2019

La sardine du Lac Tanganyika : « une pour tous et tous pour une »

post by
Reinout Verbeke

Selon une étude génétique, les sardines du lac Tanganyika, en Afrique, constituent un groupe homogène. Les quatre états riverains devront donc collaborer s’ils veulent maintenir cette ressource surpêchée.

Une abeille sauvage de la famille Halictidae (photo : Alain Pauly / IRSNB) et un morceau de son séquençage ADN
21/12/2018

Une façon moins chère – testée et approuvée ! – de séquencer l’ADN

post by
Siska Van Parys

Les scientifiques de notre Institut et du MRAC (Musée royal de l'Afrique centrale) ont appliqué avec succès une technique permettant de collecter l'ADN de nombreux spécimens à un coût relativement bas.

© Krien Hansen (arrière-plan : les falaises du Cap Blanc-Nez), Dirk Hovestadt & Frederik Mollen (le squelette, les denticules et quelques dents)
21/12/2018

Un requin de 100 millions d’années découvert après une tempête

post by
Charlotte Degueldre

Un nouveau spécimen fossile rejoint nos collections. Il s’agit du squelette partiel d’un requin de 100 millions d’années découvert en 1996 au pied du Cap Blanc-Nez (Côte d’Opale, France) par le paléontologue amateur Luc De Coninck.

Catégories:
Collections
La météorite de Tintigny, la sixième tombée et retrouvée en Belgique (photo : IRSNB).
07/12/2018

Une sixième météorite belge au Muséum

post by
Reinout Verbeke

Une météorite découverte à Tintigny rejoint officiellement les cinq autres météorites belges conservées par notre Institut. Elle sera exposée au Muséum dès le 12 décembre 2018.

Certaines espèces, comme ce Pogonus chalceus, peuvent évoluer à une vitesse surprenante quand de très anciennes variantes génétiques, autrefois utiles, se « réveillent » sous la pression sélective. (Image: IRSNB)
04/12/2018

Une évolution accélérée par des gènes vieux de 200 000 ans

post by
Reinout Verbeke

Des scientifiques de notre Institut ont découvert que certaines espèces peuvent évoluer à une vitesse surprenante quand de très anciennes variantes génétiques, autrefois utiles, se « ré

Pages

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top