Une nouvelle espèce de dauphin fossile contribue à l'histoire évolutive des dauphins d'eau douce

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Crâne et fragment d'une mâchoire du dauphin Huaridelphis raimondii, complété par un dessin de la tête
11/09/2014
Une nouvelle espèce de dauphin fossile contribue à l'histoire évolutive des dauphins d'eau douce
post by
Reinout Verbeke

Une équipe internationale de paléontologues dirigée par notre collègue Olivier Lambert (IRSNB) a récemment décrit le dauphin fossile Huaridelphis raimondii, une espèce ayant vécu au cours du Miocène (il y a plus de 16 millions d'années) le long de ce qui est maintenant la côte du Pérou. Découverte dans le désert péruvien, cette nouvelle espèce constitue le plus petit des Squalodelphinidae connus. Cette famille rare de dauphins marins est apparentée au groupe des dauphins du Gange et de l'Indus actuels.

Les mystérieux dauphins d'eau douce (de l'Amazonie, du Yang-Tsé, du Gange et de l'Indus), certains d'entre eux caractérisés par une vision extrêmement réduite, sont tous des descendants de dauphins marins. Cependant, leurs relations de parenté sont encore débattues et le nombre de spécimens illustrant les différentes étapes de leur transition vers le milieu fluviatile reste peu élevé. Dans le dernier numéro du Journal of Vertebrate Paleontology, Olivier Lambert et ses collègues Giovanni Bianucci (Università degli Studi, Pisa) et Mario Urbina (Museo de Historia Natural, Lima) décrivent une nouvelle espèce de dauphin découverte dans les couches du Miocène inférieur (datant de plus de 16 millions d'années) du Bassin Pisco, dans le désert côtier péruvien. Cette espèce appartient à une famille peu commune de dauphins marins, les squalodelphinidés. Ce groupe est étroitement apparenté à la famille des dauphins du Gange et de l'Indus, et la description d'une nouvelle espèce permet une meilleure compréhension de ces relations de parenté.

En eaux boueuses

Les dauphins d'eau douce sont d'étranges cétacés (mammifères marins), dont les ancêtres marins ont recolonisé plusieurs grands fleuves et leurs affluents. En lien direct avec une vie passée dans des eaux riches en particules en suspension, certains d'entre eux sont fonctionnellement aveugles, dépendant de leur sonar et du sens du toucher pour localiser leurs proies. Malgré de nombreuses similitudes, les dauphins du Gange et de l'Indus (Platanista spp.) ne sont que de lointains parents des dauphins de l'Amazone (les dauphins roses) et du Yang-Tsé (ces derniers maintenant considérés comme éteint), et chacune de ces lignées s'est adaptée indépendamment au milieu d'eau douce.

Excellente préservation

Nommée Huaridelphis raimondii, en référence à la culture pré-Inca Huari (500-1000 EC) et en l'honneur du scientifique italien Antonio Raimondi (1826-1890), cette petite espèce (la plus petite connue à ce jour parmi les squalodelphinidés) a été décrite sur base de crânes fossiles très bien préservés. La qualité de ces fossiles les place parmi les mieux préservés, pour une famille dont les restes sont si rarement découverts. Bien qu'étant connus depuis pas mal de temps, les squalodelphinidés restent en effet peu fréquents dans le registre fossile; seuls quelques sites, en Argentine, en France, en Italie et sur la côte est des Etats-Unis, ont livré des fossiles significatifs.

Hot spot

Le Bassin Pisco est l'une des régions les plus riches au monde pour l'étude de l'évolution des baleines, dauphins, et autres mammifères marins. Au cours des trente dernières années, des baleines avec les fanons fossilisés, un cachalot géant, un dauphin à tête de morse, et même des paresseux marins y ont été découverts, à côté d'un grand nombre d'autres nouvelles espèces, datant de l'Eocène (plus de 34 millions d'années) jusqu'au Pliocène (5-2,5 millions d'années). Et ce n'est pas fini! Des fouilles récentes menées dans ce hot spot de la paléontologie par Mario Urbina et sont équipe ont révélé de nouveaux sites très intéressants, incluant ceux d'où ont été extraits les crânes de Huaridelphis raimondii. Consirérant la richesse de ces sites fossilifères, la découverte et la description d'autres nouvelles espèces de dauphins éteints sont, selon Giovanni Bianucci, plus que probables. 

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top