Le changement d’alimentation a eu raison du mammouth d’Europe de l’Est.

Fossiles de mammouth sur le site russe de  Yudinovo (Photo : Mietje Germonpré, IRSNB)
27/08/2018
Le changement d’alimentation a eu raison du mammouth d’Europe de l’Est.
post by
Reinout Verbeke

Le mammouth laineux d’Europe de l’Est a dû passer à un régime alimentaire différent peu de temps avant sa disparition. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs allemands grâce à l’analyse chimique des os de mammouth.

Cette modification de régime alimentaire, liée au changement climatique, a affaibli le géant de l'ère glaciaire dans les plaines de l’actuelle Ukraine. Et en a fait une proie plus facile pour l’homme moderne qui le chassait.

Collagène

Le mammouth laineux (Mammuthus primigenius) s'est développé il y a environ 800 000 à 600 000 ans. Il est considéré comme le dernier représentant des mammouths. Ces proches de l’actuel éléphant ont disparu il y a 15 000 ans dans une grande partie de leur aire de répartition, qui s'étendait de l’Espagne à l’Alaska. À ce jour, on ne sait toujours pas ce qui, de la surpopulation ou des changements climatiques soudains à la fin de la période glaciaire, a causé la fin du mammouth laineux.

Une équipe de scientifiques, dirigée par Dorothé Drucker et Hervé Bocherens (Centre Senckenberg pour l'évolution humaine et le paléoenvironnement), a étudié la composition isotopique du carbone et de l'azote des os de mammouths d'Ukraine et de Russie datant de 17 000 à 18 000 ans. Ces deux éléments sont présents dans le collagène des os. Ils donnent une indication des plantes mangées par les mammouths.

Partout dans le monde, les os de mammouth présentent des taux élevés d'isotopes d'azote, indiquant un régime spécifiques d'herbes sèches. Ces valeurs diffèrent de celles des rhinocéros, des chevaux, des bisons et des rennes laineux avec lesquels ils cohabitaient. Leur repas était donc différent. « Les mammouths avaient leur propre niche écologique », explique le Professeur Drucker.

Régime imposé

Étonnamment, les chercheurs ont trouvé de faibles niveaux d’azote dans les os de mammouths du site ukrainien de Mezhirich. « Ils se rapprochent des valeurs des os fossiles de cheval », explique le Professeur Drucker. L’équipe de recherche en a donc conclu que les mammouths ont été obligés de changer d’alimentation environ 3 000 ans avant leur extinction, l’herbe de steppe ayant disparu en raison du changement climatique. « Ils devaient, dès lors, rivaliser avec d'autres grands herbivores, tels que les chevaux, pour une nourriture qui n'était même pas optimale pour eux », explique notre paléontologue Mietje Germonpré, qui a collaboré à l'étude. « Les mammouths se sont affaiblis et leur population a diminué, probablement aussi parce qu’ils sont devenus une proie plus facile pour les humains modernes qui les chassaient ».

La question de savoir si d'autres populations de mammouths sont également mortes pour les mêmes raisons – changement climatique et modification forcée du régime alimentaire – doit encore être étudiée. L'étude a été publiée dans la revue spécialisée Quarternary Research.

 

(article basé sur le communiqué de presse du Centre Senckenberg pour l'évolution humaine et le paléoenvironnement)

 

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top