ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Le petit crocodile de Bernissart sous le scanner

Squelette du petit crocodile adulte Bernissartia fagesii — âgé de 125 millions d’années—  présenté dans la Galerie des Dinosaures. (Photo : IRSNB)
06/04/2020
Le petit crocodile de Bernissart sous le scanner
post by
Reinout Verbeke

Il y a 125 millions d’années, des crocodiles côtoyaient les illustres iguanodons. Le crâne du petit crocodile Bernissartia fagesii vient d’être scanné en détail par des paléontologues. Leurs résultats indiquent que cette espèce est proche de l’origine des crocodiles modernes.

À côté des 30 iguanodons — des dinosaures herbivores ayant vécu dans nos régions il y a 125 millions d’années —, des collaborateurs du Muséum et des mineurs ont, entre 1878 et 1881, également mis à jour d’autres témoins fossiles d’un écosystème entier : des fougères, des conifères, une cigale, des poissons (3000 spécimens), une salamandre, six tortues et… quatre crocodiles. Deux grands spécimens mesurent environ deux mètres de long et deux petits mesurent environ 60 centimètres.

Les petits crocodiles ont été décrits et nommés Bernissartia fagesii par Louis Dollo en 1883, sur base d’un spécimen quasiment complet. Depuis, des fossiles de Bernissartia ont été découverts en Grande-Bretagne, en Espagne et en France. C’est un des plus petits crocodiles connus à ce jour. L’exemplaire bien conservé est exposé dans notre Galerie des Dinosaures.

Un regard plus clair

Des chercheurs belges, français et italiens ont fait passer le crâne de Bernissartia sous un scanner CT (radiographie X). Ainsi, ils ont pu étudier des détails à travers les restes des sédiments et l’épaisse colle protectrice. Une description détaillée et une comparaison avec d’autres crocodiliens fossiles permettent aux paléontologues, dont notre collègue Thierry Smith, de déterminer la place de cet animal dans l’évolution.

Sur base de 345 caractères anatomiques, ils situent ce petit crocodile proche du début de l’évolution des crocodiles modernes (Eusuchia), qui a commencé il y a environ 145 millions d’années (Crétacé inférieur). Sur les images scanner, les paléontologues ont remarqué un mélange de caractères primitifs et modernes (notamment les choanes – les narines internes - qui semblent être plus modernes). Bernissartia faisait partie d’un groupe de crocodiles avec une mosaïque de caractères offrant aux paléontologues un regard plus clair sur les origines des crocodiles actuels.

Parmi la famille des Bernissartiidae se situe également l’espèce Koumpiodontosuchus aprosdokiti, dont les adultes sont également petits. Cette espèce a été décrite pour la première fois en 2014 sur base d’un crâne trouvé sur l’île de Wight. Selon cette étude, et contrairement aux convictions précédentes, ces crocodiles éteints ne sont pas apparentés aux groupes fossiles Atoposauridae, Paralligatoridae et Goniopholididae.

Omnivore

Certains détails observés sur la dentition confirment la présomption que Bernissartia n’était pas sélectif pour sa nourriture : ses dents postérieures aplaties lui permettaient de briser des mollusques, tels que des gastéropodes d’eau douce et des moules, ainsi que des insectes et des écrevisses. Ses dents antérieures permettaient probablement de déchiqueter de petits vertébrés, tels que des grenouilles et des lézards. Le régime alimentaire correspond aux attentes des biologistes concernant les petits crocodiles.

L'étude a été publié dans Journal of Systematic Palaeontology.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top