Les mammifères marins en Belgique en 2019

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Une foule s’est rassemblée devant un phoque gris adulte (Nieuport, 29 décembre 2019). © Steven Mertens
25/06/2020
Les mammifères marins en Belgique en 2019
post by
Kelle Moreau

Un nouveau rapport a été publié avec des informations sur les échouages et les observations de mammifères marins en Belgique en 2019. Certains poissons remarquables et les observations de tortues de mer dans nos eaux sont également abordés. En outre, le rapport contient des informations sur les mammifères marins dans les expositions et sur l'exhumation du cachalot Valentin à Coxyde.

L'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) est chargé de la coordination de la recherche sur les échouages et les causes de mortalité des mammifères marins en Belgique depuis le début des années 1990. Des informations sur les observations en mer sont également recueillies. Avec la collaboration du SEALIFE Blankenberge et des universités de Liège et de Gand, l’IRSNB a, comme chaque année, rassemblé les données disponibles dans un rapport.

Relativement peu d'échouages de marsouins

En 2019, 51 marsouins se sont échoués en Belgique – un nombre peu élevé par rapport aux années précédentes. Plus de la moitié de ces individus ont été retrouvés dans un état de décomposition avancé et il était donc souvent impossible d’établir la cause de leur décès. Quatre marsouins ont été victimes d’une prise accidentelle et quatre autres de la prédation d’un phoque gris. La densité estimée des marsouins aperçus en mer en juillet et en août a été similaire à la densité moyenne pour cette même période au cours des années précédentes. Le seul autre cétacé à s’être échoué chez nous en 2019 est un dauphin commun retrouvé dans un état de décomposition particulièrement avancé.

Tout comme l’année dernière, un grand dauphin social solitaire a séjourné plusieurs mois dans nos eaux. Un groupe de grands dauphins a été aperçu à deux reprises. Parmi les observations plus remarquables, mentionnons celle d’une baleine à bosse et d’un petit rorqual.

Plus de phoques et d'étranges apparitions

Les phocidés sont toujours de plus en plus nombreux sur nos côtes. Depuis peu, des phoques communs se sont appropriés, dans le port de Nieuport, une aire de repos où ils sont souvent plus de 10 à se rassembler. Les phoques gris semblent également devenir plus communs. La présence de phoques n’a plus rien d’inhabituel, comme en témoigne l’augmentation d’individus moribonds ou morts retrouvés: 47 phoques se sont échoués en 2019 – un nombre record. Le SeaLife a recueilli et soigné 11 phoques gris et 15 phoques communs.

En 2019, la présence de deux tortues luth et de quelques poissons-lunes a été signalée. Ce phénomène pourrait s’expliquer par des apports inhabituels d’eaux de l’Atlantique. L’espèce à laquelle appartient l’un de ces poissons-lunes n’a pas encore pu être identifiée. La recherche se poursuit.

Exposition de mammifères marins

La popularité des mammifères marins ne se dément pas: une série d’expositions temporaires ou permanentes leur ont été dédiées. Le squelette d’un cachalot échoué en 1989, a été exhumé. L’objectif est de le préparer afin de l’exposer.

Enfin, la publication contient également des pièces d'encadrement sur le bruit sous-marin et les marsouins, la dimension internationale de la recherche sur les mammifères marins, certains phoques bien connus à Nieuport, et les fluctuations extrêmes du poids des phoques.

 

Pour obtenir des informations sur les récentes observations de mammifères marins en Belgique et des instructions sur ce qu'il faut faire en cas d'échouage, veuillez consulter le site web marinemammals.be. Le rapport complet pour 2019, ainsi que les rapports annuels précédents, peuvent être consultés ici.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top