Impressionnante floraison de Noctiluca (Éclat de la mer) en mer du Nord

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Floraison de Noctiluca sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, documenté depuis l’avion de surveillance de l’IRSNB (© IRSNB/UGMM)
17/08/2020
Impressionnante floraison de Noctiluca (Éclat de la mer) en mer du Nord
post by
Kelle Moreau

Le 15 août, dans la partie belge de la mer du Nord, près du banc de sable « Buitenratel », des taches et des cordons orange ont été observés.  Ceux-ciont été rapportés aux garde-côtes comme une éventuelle pollution. Après inspection par différents services, il est apparu clairement qu'il s'agissait d'une prolifération inhabituelle de l'espèce de plancton unicellulaire « Éclat de la mer ». La chaleur et l’absence de vent et de vagues des derniers jours sont probablement des facteurs déterminants. La masse en décomposition pourrait éventuellement entraîner un manque d'oxygène qui pourrait à son tour entrainer la mort de poissons. Il est également possible que leurs restes s'échouent sur les plages belges au cours de la semaine prochaine.

Dans la matinée du samedi 15 août, le Centre des garde-côtes belges (MRCC - Maritime Rescue and Coordination Centre) a reçu un rapport faisant état d'une tache orange frappante en mer, contenant quelques oiseaux morts. Un marin l'avait remarqué sur le banc de sable    « Buitenratel », l'un des bancs de sable du complexe des « Vlaamse Banken ». Ce banc de sable se trouve à environ 16 à 20 km de la côte ouest belge, et près de la frontière avec les eaux françaises. Le rapport alarment a surpris les garde-côtes, car la couleur signalée ne correspondait pas aux couleurs typiques de l'huile minérale, et parce que les oiseaux morts auraient pu indiquer un produit chimique. Cependant, une prolifération naturelle d'algues était également possible. 

Contrôle sur terre, en mer et dans les airs

La police maritime a envoyé une patrouille au Buitenratel. Ils ont trouvé la tache signalée et ont prélevé des échantillons. Les oiseaux morts ne furent plus observés. Un hélicoptère de sauvetage de la base aérienne de Coxyde a également survolé la zone, et l'avion de surveillance de l’IRSBN (UGMM, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique) a été appelé à examiner les zones maritimes le long de la côte belge pour détecter toute autre pollution éventuelle. L’avion et l’hélicoptère ont pris des images des taches et des traînées orangeâtres, longues de plusieurs kilomètres.

Toutes les unités maritimes et aériennes concernées sont arrivées à la même conclusion : il s'agissait probablement d'une grande prolifération ‘d’algues naturelle, mais d’une grande envergure. L'échantillon de la police maritime a été emmené au labo biologique de l’IRSNB à Ostende où il a pu être rapidement confirmé qu'il s'agissait bien d'une floraison de Noctiluca.

Éclat de la mer

Le dinoflagellé Noctiluca scintillans ou éclat de la mer est une micro-algue unicellulaire relativement grande (0,5 à 1 mm si visible à l'œil nu) que l'on trouve dans la plupart des mers du monde et qui appartient au groupe biologique des planctons. Il ressemble à un granulé gélatineux avec une queue (flagelle), qui attrape la nourriture. En forte concentration - on parle de floraison - le Noctiluca forme des taches rouge-orange très visibles qui peuvent apparaître au printemps et en été.  En cas de turbulences, l’éclat de la mer émet une lumière bleutée qui produit des effets féeriques dans l'obscurité (en éclairant la mer). Cette bioluminescence est causée par la luciférine, un pigment, et la luciférase, une enzyme, lorsqu'elles entrent en contact avec l'oxygène.

Conditions actuelles

Les fortes concentrations d’éclat de la mer qui ont été observées le 15 août sont probablement dues à la chaleur et l’absence de vent et de vagues de ces derniers jours. Le Noctiluca échantillonné était déjà partiellement en décomposition, un processus dans lequel de l'oxygène est consommé et de l'ammoniac est libéré. Bien qu'il s'agisse essentiellement d'un organisme inoffensif, l'extinction massive et la décomposition peuvent donc entraîner localement un manque d'oxygène. À des températures plus élevées, l'oxygène se dissout moins dans l'eau, et l'absence de vent et de vagues fortes entraine également une réduction d’oxygène supplémentaire dans l'eau. Le manque d'oxygène qui en résulte s peut entraîner la mort de poissons et d'autres organismes aquatiques, bien que dans des circonstances normales, cela soit très peu probable en pleine mer. 

Des simulations de modélisation par l’IRSNB, prenant en compte les courants, les conditions météorologiques et les propriétés physiques des taches flottantes de Noctiluca, illustrent que les restes de cette masse pourraient potentiellement s'échouer sur les plages belges au cours de la semaine prochaine.

Au cours des dernières décennies, la communauté des dinoflagellés dans la partie belge de la mer du Nord a connu une augmentation relative. Cette augmentation pourrait être liée au réchauffement de l'eau de mer (+ 1,6°C au cours des trente dernières années). Le Noctiluca scintillans peut également afficher une tendance à la hausse. En outre, on peut également s'attendre à une floraison d'autres organismes planctoniques unicellulaires, y compris certaines espèces potentiellement dangereuses.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top