Ensemble pour les pollinisateurs et la biodiversité

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Pollinisator
19/05/2021
Ensemble pour les pollinisateurs et la biodiversité
post by
Alexandra Badila

Le 20 mai, nous fêtons la Journée mondiale des abeilles. Les abeilles, tout comme les syrphes, les papillons de jour et de nuit ont une importance vitale pour l’homme et pour de nombreuses plantes et animaux. Mais ces pollinisateurs sont menacés par la régression des fleurs et des habitats appropriés ainsi que par les substances toxiques et les maladies. Il est pourtant très facile de les aider.

Une faune essentielle pour notre survie

Les abeilles et les autres pollinisateurs sont tout simplement essentiels pour la vie sur terre, y compris celle de l’homme. Ils sont les vecteurs indispensables de la production de 75% de nos aliments. Non seulement les légumes et les fruits, mais également le café et le chocolat. Ils nous offrent de beaux paysages et de belles fleurs. En tant que bio-indicateurs, ils sondent continuellement la santé de notre environnement. Les abeilles et les autres pollinisateurs sont des travailleurs naturels et « bénévoles » essentiels pour l’agriculture et l’économie.

Faites entendre votre voix pour les pollinisateurs

Du 12 mai au 10 juillet 2021 se tient une consultation publique sur un projet de stratégie pour une meilleure protection des pollinisateurs. Ses objectifs : rendre l’agriculture, les zones agricoles, les villes et les espaces ouverts plus accueillants pour les pollinisateurs et améliorer les connaissances scientifiques et la sensibilisation. Vous pouvez apporter vos suggestions ou tout simplement témoigner de votre soutien pour la protection des abeilles. Après le traitement de toutes les suggestions, la stratégie sera un instrument important en faveur des pollinisateurs pour tous les services et acteurs concernés. Contact: salima.kempenaer@health.fgov.be

Pollinator Park: réalité virtuelle … sans pollinisateurs

Développé par la Commission européenne et trois musées de sciences naturelles et d’histoire naturelle européens (Bruxelles, Leiden et Barcelone), le Pollinator Park est un outil numérique interactif destiné à sensibiliser au déclin alarmant des pollinisateurs et à mobiliser des actions mondiales pour y remédier. Conçu en collaboration avec Vincent Callebaut, «archibiotecte» de renommée mondiale, le Pollinator Park donne un aperçu sur l’avenir sombre qui nous attend si nous ne changeons pas de façon radicale notre relation avec la nature. L'intrigue se déroule en 2050, alors qu’une série de crises écologiques a appauvri le monde, entraînant la quasi-disparition des insectes pollinisateurs. La seule lueur d’espoir dans ce paysage stérile est une ferme futuriste, qui offre un refuge aux pollinisateurs et conscientise les visiteurs.

Un avenir allarmant

Virginijus Sinkevičius, commissaire à l’environnement, aux océans et à la pêche, a déclaré à ce propos: «Le déclin alarmant des insectes qui pollinisent les cultures et les plantes sauvages met en péril la sécurité alimentaire et menace notre survie. L’UE met déjà tout en œuvre pour inverser cette tendance dans le cadre du pacte vert pour l’Europe, mais des efforts considérables sont nécessaires dans tous les pans de la société, mobilisant l’aide des scientifiques et des experts, des entreprises et des citoyens. Pollinator Park vise à montrer les dangers du «laisser faire» et nous invite tous et toutes à redoubler

d’efforts pour protéger les pollinisateurs et garantir un avenir meilleur pour nous-mêmes et pour les générations futures.»

Ville-Nature en Région bruxelloise

Les Communes et CPAS de la Région bruxelloise peuvent obtenir des subventions dans le cadre de l'appel à projet « Action Climat », pour la thématique Ville-Nature qui vise notamment à renforcer la biodiversité par la végétalisation urbaine et la gestion écologique des espaces verts. Les citoyens peuvent eux aussi s'impliquer via le volet nature de l'appel à projet « Inspirons le quartier », qui subsidie les projets de préservation de la biodiversité à petite échelle.

Abeilles & BiodiverCité en Wallonie

Une quinzaine de l’abeille se déroule partout en Wallonie du 15 au 30 mai. Différentes activités sont organisées pour découvrir le monde des pollinisateurs et leur importance pour l'espèce humaine, l'environnement et la biodiversité : visites de jardins, de ruchers, conférences, projections de films, dégustations, expositions, balades, ateliers, spectacles... et bien d'autres choses encore. Vous pouvez découvrir la diversité des animations proposées sur le site www.abeillesetcompagnie.be.

Une nouvelle subvention appelée « BiodiverCité » a été proposée à toutes les communes wallonnes à partir de cette année 2021. En matière de biodiversité, les communes sont des acteurs incontournables, non seulement pour mettre en œuvre des politiques de protection et de restauration sur le territoire public, mais aussi pour mobiliser les citoyens à relever collectivement le défi pour plus de nature en Wallonie. Pleinement consciente de la perte de biodiversité mondiale, la Wallonie soutient les communes dans leurs actions de préservation et de restauration des espaces naturels et de développement de la biodiversité sur leur territoire.

Plan BEE

L’étude « Plan Bee » de Nature & Progrès vise à étudier la faisabilité agronomique, apicole et économique de semer une diversité de fleurs sur grandes surfaces (sans engrais, ni pesticides chimiques de synthèse) pour produire une multitude de produits agricoles (miel, fourrages, farines, huiles, condiments, …) tout en accueillant l’entomofaune sauvage. Des cultures mellifères diverses ont été semées en différentes localités et des ruches ainsi que des hôtels à abeilles solitaires ont été installés au bord de celles-ci.

En plus de l’étude de faisabilité, les abeilles mellifères et solitaires nous indiquent l’état de notre environnement (via l’analyse des résidus de pesticides sur base du miel, pollen et des pains d’abeille et de l’origine botanique des fleurs butinées sur base du pollen et des pains d’abeille prélevés sur les différents sites) en parallèle aux analyses d’eau et de sol. Jusqu’ici, l’étude montre que certaines cultures mellifères sont rentables pour les agriculteurs, en plus de représenter une ressource alimentaire pour les abeilles et l’entomofaune sauvage. Les difficultés pour les producteurs sont de trouver un marché pour valoriser la culture et être équipés pour les travaux agricoles.

L’étude Plan Bee, loin d’être terminée, se poursuit cette année et un bon nombre de résultats de 2020 doivent encore nous parvenir.

Tondeuses à l’arrêt

Le geste le plus simple et facile de tous est promu par ByeByeGrass et Adalia, organisations partenaires du mouvement belge #EnsemblePourLaBiodiversité. Ils vous demandent de ne pas tondre une partie ou toute votre pelouse pendant au moins un mois, mais plus de préférence. Le but est de permettre aux plantes, fleurs, abeilles, papillons d’y faire leur retour. Mais aussi de prendre conscience des autres vertus d’un tel espace, notamment face aux enjeux climatiques.

Le mouvement #EnsemblePourLaBiodiversité

La biodiversité est indispensable pour notre survie et notre bien-être. Ce message est porté par le mouvement #EnsemblePourLaBiodiversité composé de plus de 100 acteurs belges regroupant toutes les expertises sur la crise de biodiversité. Ils se mobilisent ensemble et créent avec la société civile une grande communauté en mouvement.

Le mouvement comprend des universités, des ONG, des associations environnementales, des zoos, des parcs naturels, des musées et des jardins botaniques, des entreprises, des écoles, des provinces, des communes et des acteurs locaux, les autorités wallonnes, bruxelloises, flamandes et fédérales. Parce qu’il appartient à chacun de prendre soin de la biodiversité. Pour que cette biodiversité vitale puisse continuer à prendre soin de nous.

Nous invitons chaque organisation et chaque entité, tout secteur confondu, à enrichir le mouvement pour oeuvrer tous ensemble pour la vie sur notre planète.

 

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top