Des chercheurs belges donnent le nom d'écologistes décédés à quatre nouvelles espèces de coléoptères du Honduras

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Les quatre nouveaux coléoptères longicornes des forêts nuageuses du Honduras. A : Oreodera kawasae, B : Strangalia lunai, C : Phrynidius guifarroi et D : Heterachthes caceresae. Image: BINCO asbl 2021
06/09/2021
Des chercheurs belges donnent le nom d'écologistes décédés à quatre nouvelles espèces de coléoptères du Honduras
post by
Kelle Moreau

Des biologistes de l'organisation belge Biodiversity Inventory for Conservation (BINCO, ASBL) et de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique ont découvert quatre nouvelles espèces de longicornes dans une forêt nuageuse hondurienne gravement menacée. Ces espèces ont été nommées d'après des écologistes honduriens qui ont été tués pour avoir défendu la conservation de la nature dans leur pays.

Les quatre espèces de longicornes ont été découvertes dans une forêt nuageuse du parc national de Cusuco, au Honduras, près de la frontière avec le Guatemala. Ce parc national est reconnu comme une zone d'importance cruciale pour la conservation des amphibiens, des oiseaux et des mammifères, mais une grande partie de la biodiversité des invertébrés reste non étudiée et donc inconnue. Les forêts nuageuses, en particulier, sont des biotopes menacés qui abritent de nombreuses espèces spécialisées. Ils tirent leur nom de la haute altitude à laquelle les nuages glissent dans la forêt.

Espèces nouvellement découvertes

Afin de mieux cartographier la biodiversité des forêts nuageuses honduriennes menacées, des biologistes de l'organisation belge Biodiversity Inventory for Conservation (BINCO, ASBL) et de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) collaborent depuis des années avec Operation Wallacea (une organisation anglaise d'écovolontariat) et le spécialiste brésilien des longicornes Antonio Santos-Silva du musée de São Paulo. Leurs recherches annuelles sur les longicornes du parc national de Cusuco ont déjà permis de découvrir une nouvelle espèce grâce à des pièges lumineux qui attirent les coléoptères. Ce longicorne (Derobrachus cusucoensis) a été décrit en 2018. Depuis lors, une étude plus approfondie de la faune des longicornes du parc national de Cusuco a été entreprise. Cela a permis d'obtenir beaucoup de nouvelles informations et de découvrir quatre autres nouvelles espèces de longicornes.

Martijn Van Roie (BINCO & Université d'Anvers) : « C'est un sentiment unique de découvrir une nouvelle espèce que personne d'autre n'a jamais vue. Il vous fait prendre conscience que le monde est plus grand et plus complexe que vous ne le pensez. Dans le même temps, il est très inquiétant de voir comment des forêts uniques, vieilles de plusieurs siècles, sont détruites. Même au plus profond de la forêt, on peut voir des traces de déforestation. »

Menaces

Malgré leur grande valeur sociale, les forêts nuageuses sont soumises à une forte pression. La plus grande menace est la déforestation, généralement pour faire place aux plantations de café. La superficie annuelle déboisée est énorme, avec des conséquences désastreuses pour la biodiversité unique qu'elle contient. La déforestation et la destruction des habitats sont des problèmes mondiaux, mais le Honduras a l'un des taux relatifs de déforestation les plus élevés de tous les pays d'Amérique centrale, et l'un des pires rapports au monde pour la déforestation dans les zones protégées.

Une difficulté supplémentaire au Honduras est que le climat y est très hostile pour les sympathisants de la nature. De nombreux militants écologistes qui se sont battus pour la protection de la nature et de la population indigène ont été tués. Selon le site globalwitness.org, au moins 210 militants ont été tués dans ce pays depuis 2010, ce qui constitue l'un des taux de mortalité les plus élevés au monde.

Martijn van Roie : « Nous espérons utiliser les connaissances sur les nouvelles espèces comme argument auprès du gouvernement pour protéger la forêt. Espérons que nous ne sommes pas trop tard pour cela. De plus, les nouveaux coléoptères ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Nous trouvons de nouvelles espèces dans presque tous les groupes d'animaux que nous examinons là-bas. »

Hommage aux écologistes assassinés

En donnant aux nouvelles espèces de longicornes le nom d'écologistes tués, les scientifiques concernés veulent rendre hommage à certains champions honduriens de la nature et des communautés locales, et attirer davantage l'attention sur la lutte pour la conservation de la biodiversité au Honduras. Les descriptions ont été publiées en août 2021 dans le journal « European Journal of Taxonomy » et sont disponibles en ligne.

Merlijn Jocque (BINCO & IRSNB) : "Le plus difficile dans la description des espèces a été de choisir la personne à commémorer, il y en a tellement...".

Les coléoptères longicornes décrits et défenseurs de la nature respectifs sont :

Heterachthes caceresae a été nommé en l'honneur de Berta Isabel Cáceres Flores qui a défendu les communautés indigènes. Elle s'opposait activement à l'exploitation forestière illégale et aux plantations de masse. Elle a été assassinée à son domicile en mars 2016.

Oreodera kawasae a été nommé d'après Blanca Jeannette Kawas Fernández pour son enthousiasme jamais démenti à protéger la faune et la flore du Honduras. Elle a fondé la Prolansate Foundation, une organisation dédiée à la protection de l'environnement et au soutien de la qualité de vie des petites communautés locales. Elle a été assassinée à son domicile en février 1995.

Phrynidius guifarroi a été nommé d'après Mario Guifarro d'Olancho, un ancien chasseur et chercheur d'or qui est devenu un défenseur dévoué de la nature après avoir été témoin de la dégradation des forêts tropicales dans l'est du Honduras. Il a été tué à Moskitia en 2007 alors qu'il établissait un périmètre de forêt protégée.

Strangalia lunai a été nommée d'après Carlos Antonio Luna Lùopez, ancien directeur de la Unidad Ambientalista (UMA) et protecteur actif de la nature. Il a été assassiné à Catacamas, en mai 1998.

Les biologistes belges sont convaincus que les forêts nuageuses du Honduras recèlent encore de nombreuses découvertes.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top