La femelle Faucon pèlerin BSAK03 ne répond plus !

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Faucon avec émmetteur
06/03/2015
La femelle Faucon pèlerin BSAK03 ne répond plus !
post by
[displayName]

Depuis quelques jours, nous n’avons plus de nouvelles d’une femelle de Faucon pèlerin que nos ornithologues de BeBirds – le Centre Belge de Baguage ont équipé d’un émetteur miniature alors qu’elle nichait dans la toundra de Russie en 2013.

La fauconne a été capturée le  12 juillet  2013 à 09:30 par notre ornithologue Didier Vangeluwe, à proximité de son nid, dans la péninsule de Taïmyr (Sibérie). Le projet a pour objectif d’étudier les relations entre cette espèce et la Bernache à cou roux, la plus petite espèce d’oie au monde et l’une des plus menacées. Un émetteur qui permet de la localiser par GPS a été positionné sur son dos à l’aide d’un harnais de teflon afin d’observer et d’étudier en détail ses déplacements.

Après avoir niché avec succès en Sibérie, la fauconne est partie en migration vers le sud et a passé l’hiver 2013-2014 au large de l’Azerbaïdjan, essentiellement sur des plateformes de forage pétrolier situées en mer Caspienne, à plusieurs km de la côte! Fin avril 2014, elle reprend la direction du Grand Nord pour retourner nicher en Sibérie, exactement au même endroit qu’en 2013. Le 3 septembre 2014, au petit matin, elle repart vers l’Azerbaïdjan et son derrick favori qu’elle atteint en 23 jours et plus de 5000 km de vol !

Mais depuis la mi-février, les nouvelles sont inquiétantes, l’émetteur, qui transmet sa position 4 fois par jour, est silencieux. Ou plutôt non, il émet toujours, mais il est immobile dans la steppe à 30 km au nord-est de Bakou. Soit la fauconne est morte, soit l'émetteur est tombé.

Afin de déterminer ce qui est arrivé à cette fauconne, contact a été pris avec notre ambassade à Bakou. Réponse positive endéans les 24 heures! Une équipe, conduite par  Maarten Mortier, attaché à l’Ambassade et par ailleurs passionné de rapaces, est partie prospecter la zone le week-end passé. Après quelques heures, grâce aux coordonnées géographiques transmises par l’émetteur et à l’aide d’un smartphone équipé  d’un GPS, ils ont trouvé la dépouille de la femelle de Faucon pèlerin. Elle gisait dans la steppe, au pied d’une ligne électrique. Que lui est-il arrivé ? Elle a probablement heurté les câbles en vol. Les Pèlerins sont les oiseaux les plus rapides au monde, ils sont capables de poursuivre leur proie en piqué à plus de 300 km/h. Et il leur est donc très difficile d’éviter la collision si une ligne se trouve dans leur trajectoire… Collision qui sera à tous les coups fatale. Connaitre les causes de mortalité nous permet de mieux comprendre l’évolution des populations et de proposer des mesures de sauvegarde.

Mais contre toute attente, l’émetteur n’était plus sur le dos de la fauconne. Des restes du harnais ont bien été retrouvés, mais pas de traces de ce bijou de technologie. Il est probable qu’un renard ait grignoté le cadavre et emporté l’émetteur sur quelques mètres. Maarten et ses amis vont retourner sur place afin d’essayer de boucler leur mission. Quelle équipe !

Le programme de baguage des oiseaux, qui a débuté en 1927 en Belgique, est une des tâches de BeBirds, le Centre Belge de Baguage de l’IRSNB. Le baguage est un outil de surveillance et d’étude des populations d’oiseaux sauvages. Vous trouverez plus d’informations sur les recherches  réalisées à ce propos par l’équipe de l’Institut en consultant le rapport 2014.

 

Cliquez sur l'image pour voir plus de photos.

 
S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top