Elke Sleurs et Marie-Christine Marghem inaugurent le parcours BZZZZZ

La Secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique, Elke Sleurs, suit le parcours BZZZZZ avec les élèves.
04/06/2015
Elke Sleurs et Marie-Christine Marghem inaugurent le parcours BZZZZZ
post by
Reinout Verbeke

Elke Sleurs, Secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique, et Marie-Christine Marghem, Ministre fédérale de l’Environnement, ont inauguré notre parcours BZZZZZ au Muséum, à l’occasion de la Semaine de l’Abeille. Accompagnées d’élèves de deux écoles primaires, les deux politiciennes ont suivi une visite guidée interactive sur l’importance des pollinisateurs.

Le parcours, qui emmène les 8-12 ans à travers la plupart des salles du Muséum, donne de nombreuses informations sur les pollinisateurs et leur rôle crucial pour notre alimentation et la production de matières premières. Les scientifiques estiment leur dur labeur à 150 milliards d’euros par an. « Le rôle des abeilles dans notre environnement est encore trop eu connu », dit la Ministre de l’Environnement, Marie-Christine Marghem. « Les insectes pollinisateurs font partie intégrante de nos écosystèmes, dont la biodiversité doit être préservée. Et de ça, nous sommes tous responsables. » La Ministre s’est donc engagée sur le site vivelesabeilles.be à laisser pousser les fleurs sauvages dans son jardin à Tournai et a offert un « hôtel à abeilles » à l’une des écoles présentes.

La Belgique compte environ 380 espèces d’abeilles, sauvages pour la plupart, sur les 20 000 existantes de par le monde. Leur survie est menacée par une diminution de leurs sources de nourriture et sites de ponte, par l’utilisation de pesticides et herbicides, et par des maladies. Mais la sensibilisation seule ne suffit pas à stopper le déclin des pollinisateurs. Récemment, l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) a établi la toute première liste rouge des abeilles sauvages en Europe. Au moins 9 % des espèces d’abeilles sont menacées d’extinction. Mais il y a encore plus alarmant : pour près de 60 % des espèces sauvages, les données disponibles sont insuffisantes. « La collecte de données scientifiques est un défi crucials pour la protection des pollinisateurs et des services qu’ils nous rendent », dit la Secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique, Elke Sleurs. « Nous avons besoin de données claires sur la situation des pollinisateurs et sur les facteurs responsables de leur déclin, afin de pouvoir prendre  les mesures appropriées et efficaces. »

Dans le cadre du nouveau programme fédérale de recherche BELBEES, les scientifiques vont ainsi rassembler et analyser des données sur les modifications récentes au sein des populations d’abeilles sauvages, et sur les causes de leur déclin. Ils pourront ainsi formuler des propositions concrètes pour que les abeilles puissent continuer à assurer la pollinisation. La recherche se base notamment sur l’importante collection d’abeilles de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

 

La parcours BZZZZZ est disponible gratuitement en version papier dans le Muséum (au niveau du vestiaire) ou téléchargeable en pdf au format A4.

 

Le parcours est offert par l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Service Public Fédéral  Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top