Le secrétaire d’Etat Tommelein vole avec nous pour évaluer la situation « Flinterstar »

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Mr Tommelein se prépare pour le vol.
15/10/2015
Le secrétaire d’Etat Tommelein vole avec nous pour évaluer la situation « Flinterstar »
post by
[displayName]

Ce vendredi 9 octobre 2015, le Secrétaire d’Etat à la Mer du Nord,  Bart Tommelein, a volé avec l’avion d’observation de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Plus tôt dans la semaine, le navire Flinterstar a coulé après une collision avec un autre navire au large de Zeebrugge. Mr Tommelein voulait évaluer la situation en mer et voulait voir si d’autres actions devaient être mises en place.

Collision en mer

Le mardi matin 6 octobre 2015, vers 4h10, le pétrolier de gaz Al Oraiq est entré en collision avec le cargo Flinterstar devant la côte belge. Depuis ce jour, le service scientifique de l’Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord (UGMM) travaille nuit et jour pour évaluer au mieux la situation en mer. L’avion de surveillance vole plusieurs fois par jour (au lieu de plusieurs fois par semaine en situation normale). Nos collaborateurs ont développé un modèle capable de prédire journalièrement la trajectoire des hydrocarbures qui s’échappent du Flinterstar. Avec ces informations, nous pouvons prévenir les communes côtières du risque d’échouage  sur leurs plages. Jusqu’à aujourd’hui, les hydrocarbures n’ont pas encore atteint les plages belges.

Le Secrétaire d’état Tommelein

Le 9 octobre, l’avion de surveillance OO-MMM a atterri à l’aéroport d’Ostende. Le Secrétaire d’Etat, Tommelein, est monté à bord de l’avion pour un vol en dessus de l’endroit de l’incident. Après un vol d’environ une heure,  Mr Tommelein s’est adressé  à la presse. « La situation est grave mais pas dramatique. Les différents partenaires de la Garde Côtière travaillent ensemble afin de diminuer l’impact environnemental au maximum. Les hydrocarbures qui s’échappent  du navire sont récupérés le plus possible » dit Tommelein.

Depuis 1991, l’IRScNB est responsable de la surveillance aérienne de la partie belge de la mer du Nord. Cette surveillance s’effectue dans le cadre de l’Accord de Bonn qui vise à réduire la pollution en mer.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top