Séminaire sur la Concentration de Matière en Suspension

Participants au Séminaire sur la Concentration de Matière en Suspension.
04/03/2016
Séminaire sur la Concentration de Matière en Suspension
post by
Sigrid Maebe

Les 24 et 25 février 2016 s’est tenu un séminaire concernant les meilleures pratiques pour obtenir des données sur la concentration de matière en suspension dans l’eau de mer. De telles données rassemblées sur une longue période et une grande surface sont nécessaires pour décrire l’état du fond marin et permettre une bonne gestion de la mer.

Trente scientifiques de Belgique, de France, d'Allemagne et des Pays-Bas ont discuté des meilleures manières d’obtenir de longues séries temporelles de données de bonne qualité sur la matière en suspension (les particules qui flottent dans les estuaires, les zones côtières et les eaux peu profondes). Le séminaire a été organisé par Michael Fettweis (IRSNB-DO Nature), Rolf Riethmüller (Helmhotz Centre Geesthaacht, Institute of Coastal Research, Allemagne) et Romaric Verney (IFREMER, France) et s’est tenu dans le cadre du projet INDI67, un projet BRAIN-BE financé par BELSPO. Au sein de ce projet, nous voulons développer la description de l’état du fond marin et des conditions hydrographiques (Indicateurs 6 et 7) pour atteindre un bon état environnemental de l’océan, but ultime de la directive-cadre Stratégie pour le Milieu Marin.

Matière en suspension

Les sédiments fins dans les zones côtières y déterminent les processus biologiques, géologiques et chimiques, et ont un effet sur les substances qui s’y attachent, comme les polluants et les nutriments. La matière en suspension a donc une influence sur l’eutrophisation du milieu côtier, la croissance des algues dans l’eau, l’évolution des polluants, la couverture temporelle du fond marin par des boues fluides, les écosystèmes au fond de la mer et dans l’eau, et l’envasement des routes de navigation et des ports.

Le monitoring de la matière en suspension est important pour comprendre les écosystèmes marins et estuariens, mais il doit, pour ce faire, s’accompagner d’informations complémentaires concernant les techniques de mesures, d’analyses et de validation de ces données. Le but de cette journée de travail était d’atteindre un consensus pour définir les incertitudes dans les mesures et les diminuer. Les incertitudes sont en effet importantes pour les scientifiques et les gestionnaires dans leur tâche d’évaluation du Bon État Environnemental des eaux marines européennes.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top