Découverte d’une « pouponnière à poissons » de 360 millions d’années aux environs de Namur

Reconstruction de la frayère : de jeunes placodermes dans les eaux peu profondes (en haut) et des adultes dans les eaux plus profondes (en bas) (Image : Justine Jacquot-Hameon, MNHN)
23/08/2016
Découverte d’une « pouponnière à poissons » de 360 millions d’années aux environs de Namur
post by
Reinout Verbeke

Dans le village namurois de Strud, des paléontologues ont découvert des poissons fossiles de 360 millions d’années appelés placodermes. Comme il s’agit essentiellement de poissons juvéniles, l’existence d’une frayère à cet endroit et à cette époque a été avancée.

Les placodermes sont les plus anciens vertébrés possédant une mâchoire inférieure. Ils sont apparus au Silurien (il y a 430 millions d’années) et ont disparu au Dévonien Supérieur (il y a 360 millions d’années). Ils avaient la tête et le thorax entourés par un bouclier osseux; le reste de leur corps était couvert d’écailles ou nu. Les placodermes sont les premiers poissons à avoir développé des « dents ».

Le paléontologue Sébastien Olive (IRSNB) et ses collègues étrangers ont pu attribuer ces fossiles, mis au jour entre 2004 et 2015, aux espèces de placodermes Grossilepis rikiki, Turrisaspis strudensis et Phyllolepis undulata. Sébastien Olive explique : « Leurs dimensions et leurs caractéristiques morphologiques démontrent qu’ils étaient dans leur grande majorité de jeunes individus. Le site était donc probablement l’endroit où les œufs étaient pondus ou celui où les adultes venaient mettre au monde les juvéniles. La majeure partie de leur temps, les adultes vivaient sans doute plus loin. »

Il y a 360 millions d’années, Strud se trouvait dans une plaine fluviale. Les eaux tranquilles, peu profondes, constituaient un endroit idéal pour le développement des œufs et larves de poissons. Les berges étaient recouvertes d’une végétation dense, dure et souvent épineuse dont les débris tombaient régulièrement dans l’eau - de tels débris ont été retrouvés fossilisés à Strud. Ils fournissaient une protection idéale aux jeunes placodermes contre les prédateurs. La frayère de Strud était partagée par trois espèces de placodermes. C’est la première occurrence de ce genre de partage dans l’histoire des vertébrés.

La découverte est décrite dans la revue scientifique PLOS ONE. La carrière de Strud a également délivré un insecte du même âge, Strudiella devonica, un des plus anciens insectes connus, ainsi qu’un des premiers tétrapodes.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top