Un biologiste acrobate chez les Papous

Maurice Leponce dans le Canopy Bubble, un ballon à hélium monoplace. Il est relié à un câble de 2 km tendu préalablement entre les arbres. (photo: Maurice Leponce)
22/11/2016
Un biologiste acrobate chez les Papous
post by
Jonas Van Boxel

C’est en ballon que l’entomologiste Maurice Leponce (IRSNB) étudie les colonies de fourmis des cimes dans la forêt tropicale de Papouasie-Nouvelle-Guinée !

Notre collègue, l’entomologiste et écologue Maurice Leponce, observe et collecte les fourmis de la canopée. Il en a fait sa spécialité. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, c’est suspendu à un ballon qu’il survole la forêt tropicale. Plutôt spectaculaire… et bien loin de l’image du scientifique confiné dans son laboratoire ! Découvrez son portrait diffusé dans l’émission Faut pas rêver sur France 3.

La forêt tropicale, si riche, si dense

Il est à peine 6h45. Maurice Leponce observe le soleil se lever au-dessus de la canopée embrumée de la forêt tropicale. Ce n’est pas du sommet d’une montage ou d’un avion qu’il assiste à ce spectacle. C’est en équilibre sur une branche à plus de 30m du sol ! « C’est irréel. Je peux me tenir debout sur les branches tel un oiseau. »

La forêt tropicale de Papouasie-Nouvelle-Guinée est l’un des sites les plus riches en biodiversité de la planète. Sa végétation dense le rend particulièrement difficile d’accès. Il est donc encore très peu étudié. En plus, près de la moitié de sa biodiversité se concentre dans la canopée.

Maurice Leponce étudie les fourmis qui installent leurs colonies au sommet de la forêt tropicale. Mais comment observer des insectes qui vivent à plusieurs dizaines de mètres du sol ? La végétation touffue les rend inaccessibles par le bas. La seule option : passer par le haut !

Des colonies de fourmis vues du ciel

Maurice survole la canopée en ballon. Il collecte chaque jour échantillons de plantes et insectes. « Grâce au ballon, j’atteins des endroits inaccessibles autrement. Ce sont des moments magiques ! »

Maurice Leponce utilise soit un ballon biplace, propulsé par un petit moteur, soit le « Canopy Bubble ». Il s’agit d’un ballon à hélium monoplace. Il est relié à un câble de 2 km tendu préalablement entre les arbres. Pour le déplacer, Maurice doit le faire glisser de branche en branche.

Il a ainsi pu dessiner la « mosaïque des fourmis » de la région. Cette vue d’ensemble montre quelle espèce occupe quel arbre, comment elles communiquent entre elles et avec d’autres insectes.

Bien plus que de la recherche scientifique

Maurice Leponce a reçu l’aide de « para-écologues » papous. Ces talentueux assistants ont été formés sur place dans des stations de recherche. Ces stations ont été fondées par le scientifique tchèque Vojtěch Novotný. Elles sont une source de revenus pour les populations locales. Elles les sensibilisent à la protection de leur écosystème. Et elles offrent aux jeunes un avenir qui ne passe pas par le déboisement ou l’industrie minière.

« Auparavant, les biologistes ne portaient leur attention que sur leurs propres recherches. Ils étudiaient une parcelle de forêt tropicale qui, 10 ans plus tard, avait disparu ! » Pour Maurice, la recherche doit contribuer à la protection de l’environnement. C’est la clé pour un avenir durable !

Découvrez sur YouTube « In the Treetops of Papua New Guinea », le mini-documentaire réalisé par Maurice (avec le soutien de Belspo, du FNRS et de la Loterie nationale).

Regardez « Le scientifique de la jungle » diffusé dans l’émission Faut pas rêver sur France 3.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top