Une rive verte pour l’étang du Parc Léopold

Des plantes vont être plantées dans des gabions, sortes de cages placées dans l’eau le long du mur et remplies de pierre. (photo: Jérôme Constant)
14/12/2016
Une rive verte pour l’étang du Parc Léopold
post by
Jonas Van Boxel

En revégétalisant les berges de l’étang du Parc Léopold, l’IRSNB favorise le retour de la nature et de la biodiversité dans son voisinage immédiat.

L’étang du Parc Léopold, l’espace vert qui borde notre Institut, a la vie dure. Des espèces exotiques invasives, telles que l’ouette d'Égypte ou la tortue peinte, marquent l’écosystème. Et contrairement aux attentes, même les insectes et les escargots n’y sont pas si communs. Une cause importante de ce déclin est le mur qui entoure l’étang : aucune place n’est laissée aux plantes semi-aquatiques, qui sont pourtant essentielles pour l’écosystème.

Quand aucune vie n’est possible sur les rives de l’étang, les faune et flore aquatiques en subissent les conséquences, explique Jérôme Constant, entomologiste à l'Institut. « En 2013, lors de sa recherche au Parc de la Woluwe, à 10 minutes en voiture, notre collègue René-Marie Lafontaine a recensé 23 espèces de libellules. Au Parc Léopold, il en a recensé à peine 14. La raison : elles n’y trouvent pas d’habitat, en particulier pour leurs larves ».

Cages pour plantes

Le mur en pierre, construit afin de dégager une zone de gazon entre l’eau et le sentier, ne peut pas être démoli. Mais l’IRSNB et la Ville de Bruxelles ont trouvé une autre solution. Sur une distance de 140 mètres, des plantes vont être installées dans des gabions, sortes de cages à pierres placées dans l’eau le long du mur. Cette revégétalisation avec des plantes jadis présentes dans la vallée du Maelbeek contribuera à restaurer ce biotope.

Jérôme Constant attend déjà un résultat à court terme. « Dans le cas d’un projet similaire mené par la ville de Namur, il n’a fallu que quelques mois pour que l’on ne voie plus que les plantes avaient été installées de façon artificielle ». Les plantations se feront au printemps. Des panneaux explicatifs seront disposés au point d’observation de l’étang.

Le plan de revégétalisation n’est pas le seul projet mis en œuvre pour stimuler la biodiversité au Parc Léopold : une pelouse fleurie a déjà été aménagée près du Lycée Émile Jacqmain. Et pour informer les personnes qui fréquentent le lieu, il est prévu de placer des panneaux racontant les histoires des arbres remarquables du parc.  

La revégétalisation de l’étang est un projet de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et de la Ville de Bruxelles, réalisé en collaboration avec l’association « États généraux de l’Eau à Bruxelles », grâce au soutien de la Loterie nationale.

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top