D'où vient la mousse sur la plage ?

La couche de mousse jaunâtre sur la plage: une conséquence de l'eutrophisation. (photo: IRSNB)
04/01/2017
D'où vient la mousse sur la plage ?
post by
Jonas Van Boxel

L'eutrophisation, c'est-à-dire l'excès de nutriments dans l'eau, cause de graves dommages à nos mers et nos rivières. Lors d'un atelier organisé par l'IRSNB, en collaboration avec la Commission internationale de l'Escaut et le service public fédéral belge, des scientifiques et des décideurs politiques se sont réunis pour mettre un terme à ce phénomène nocif.

Si vous vous rendez de temps à autre à la côte belge, vous aurez sans aucun doute déjà observé la couche de mousse jaunâtre qui se dépose parfois sur la plage. Cet étrange phénomène est une conséquence de l'eutrophisation, une augmentation des nutriments dans la mer. Elle est principalement due aux activités humaines, comme l'industrie et l'agriculture.

De l'eau riche en nutriments : ça semble pourtant positif, non ? L'augmentation de nutriments (comme les nitrates et les phosphates) dans l'eau est uniquement une bonne nouvelle pour les algues. Celles-ci prolifèrent alors à une vitesse fulgurante et peuvent troubler l'eau. Quand les algues meurent, elles se décomposent, ce qui peut provoquer une forte pénurie d'oxygène dans l'eau, qui, dans le pire des cas, entraîne la mort de poissons.

Dans la mer du Nord, l'eutrophisation profite surtout à l'algue Phaeocystis pouchetii. En colonie, ces minuscules algues marines forment une sorte de gélatine, qui vient flotter à la surface de l'eau quand les algues meurent. Avec le ressac, cette gélatine se transforme en mousse.

Une meilleure surveillance

Lors de l'atelier d'octobre 2016, les chercheurs ont présenté leurs connaissances quant à la situation actuelle en matière d'eutrophisation des rivières (l'Escaut et la Meuse) et de la mer du Nord (plus particulièrement le plateau continental belge). Parmi les participants, citons des représentants des trois régions belges, du gouvernement fédéral, mais aussi des décideurs français et néerlandais.

Les scientifiques reconnaissent que la santé de nos rivières et de la mer du Nord s'est stabilisée ces dernières années, mais insistent sur le fait qu'il est nécessaire de définir clairement des indicateurs en matière d'eutrophisation. Il est également important d'obtenir un consensus à propos de ces indicateurs et statistiques, afin de pouvoir renforcer la cohésion entre la recherche et la politique.

L'atelier a débouché sur une série de recommandations visant à accroître l'efficacité de la collaboration entre scientifiques et décideurs internationaux dans la lutte contre l'eutrophisation.  Le groupe de travail propose ainsi une surveillance plus étroite, tant dans l'eau qu'à distance, grâce à des satellites. Davantage de collaboration est aussi nécessaire, tant au niveaux régional qu'international, pour harmoniser la surveillance et la modélisation. De cette manière seulement, l'afflux de nutriments causé par les activités humaines pourra être limité.

Categories: DO Milieux Naturels
S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top