Les mammifères marins en Belgique en 2016

Narval échoué le long de l’Escaut à Bornem (28 avril 2016).
23/08/2017
Les mammifères marins en Belgique en 2016
post by
Kelle Moreau

Dans un nouveau rapport annuel, nos scientifiques recueillent les informations disponibles sur les mammifères marins en Belgique en 2016. Outre un aperçu des échouages de mammifères marins et poissons rares, le rapport se concentre également sur les causes de mortalité, la réhabilitation et libération des animaux qui ont été pris en soin, et inclut une introduction aux recherches sur les effets des parcs éoliens offshore sur le marsouin.

Apparitions rares

Les observations les plus remarquables en 2016 furent celles de deux baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) et d’un narval (Monodon monoceros). La présence de baleines à bosse le long de notre côte ne doit plus être une surprise : ‘L’espèce est de plus en plus fréquemment rapportée en Mer du Nord.’ dit Jan Haelters, auteur principal du rapport. ‘C’est une autre histoire pour le narval. C’était le premier narval qui était registré en Belgique, et le cas précédent de cette espèce arctique en Mer du Nord date même d’il y a 70 ans. Il est possible qu’il y a une relation avec le changement climatique et la fonte de la glace polaire.’. Le narval a été observé dans l’Escaut le 30 mars, les restes décomposés ont été retrouvés à Bornem le 27 avril et ont été recueillies par notre institut pour une étude plus approfondie. Aussi quelques poissons rares dans nos eaux se sont échoués : un requin pèlerin (Cetorhinus maximus) et deux poissons-lunes (Mola mola).

Marsouins

Avec 137 animaux, le nombre de marsouins (Phocoena phocoena) échoués attaint à nouveau le niveau record de 2013-2014. ‘La cause de mortalité n’a pas pu être déterminée en raison du mauvais état de conservation dans près des deux tiers des cas. Pour les autres animaux, la capture accidentelle et la prédation par le phoque gris (Halichoerus grypus) étaient les causes de mortalité les plus fréquemment identifiées.’ selon Haelters. D’autre part, le nombre d’observations des marsouins lors de campagnes de recensement était relativement faible. En ce qui concerne les éoliennes, on a constaté que les marsouins ont été dérangés pendant la phase de construction.

Dauphins et phoques

Des dauphins à bec blanc (Lagenorhynchus albirostris) ont été observés à une seule occasion, contrairement à des grands dauphins (Tursiops truncatus) qui ont été rapportés à plusieurs reprises. En avril, und grand dauphin s’est échoué, suivi par un autre dauphin fortement décomposé quelques jours plus tard à Hemiksem (Escaut). L’identification de l’espèce n’a pas pu être réalisée.

Le nombre d’échouages de phoques morts ou moribonds reste similaire aux années précédentes: six phoques communs (Phoca vitulina), 11 phoques gris et 12 pinnipèdes non-identifiés. Le SEA LIFE Blankenberge a pris en soin un nombre record d’individus: 15 phoques gris et 24 phoques communs, y compris un albinos. Jusqu’à 12 phoques gris et 20 phoques communs ont été libérés après la réhabilitation.

 

Le présent rapport décrit l’implémentation du Décret Royal sur la protection des espèces marines, et ne peut être compilé grâce aux nombreux bénévoles qui ont rapport leurs observations et avec le soutien de plusieurs services d’application et d’urgence locaux. Des intéressés peuvent téléchargér le rapport ici. Voici, vous pouvez également consulter un résumé des observations des mammifères marins vivants et échoués, et un brochure décrivant les protocoles pour la rapportation des observations, échouages et captures accidentelles des mammifères marins protégés (uniquement en néerlandais).

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top