Depuis 2007, Annelise Folie est la conservatrice des collections de Paléontologie, et depuis fin 2016 aussi conservatrice ad interim des collections de Vertébrés. « J’appartiens à la génération Jurassic parc », dit Annelise. La superproduction de Steven Spielberg de 1993 a fasciné de très nombreux jeunes des années nonante. « Cette passion ne m’a pas quittée jusqu’à mes 18 ans et c’est pour ça que j’ai étudié la géologie à Namur et Bruxelles ». Annelise a ensuite eu l’occasion d’entrer à l’IRSNB en 2001 comme collaboratrice scientifique pour réaliser son mémoire de Master puis sa thèse de doctorat présentée en 2006. 

Annelise Folie, conservatrice des collections paléontologiques
Paleoherpétologue

Depuis 2001, Annelise s’est spécialisée en paléoherpétologie et plus particulièrement dans l’étude des lézards, serpents, grenouilles et salamandres fossiles. On lui a d’abord proposé l’étude de spécimens du Maastrichtien (Crétacé supérieur) de Transylvanie (Roumanie). Elle a ensuite pu étudier des spécimens du Paléocène inférieur de Belgique et ainsi étudié l’impact de la « crise Crétacé-Tertiaire » sur les faunes herpétologiques européennes. Annelise étudie maintenant des faunes allant de la fin du Crétacé jusqu’à l’Oligocène (il y a entre 66 et 34 millions d’années).

La Belgique : des faunes méconnues pleines de records

Si à première vue, les « herpéto-trucs », comme Annelise et ses collègues aiment à les appeler, semblent insignifiants, c’est surtout parce qu’ils sont méconnus ! Fin 2013, dans un article scientifique paru dans la revue Geologica Belgica, Annelise a créé une nouvelle famille d’amphisbènes sur base de spécimens découverts dans le Paléocène inférieur de Belgique (il y a environ 62 millions d’années). Il s’agit de lézards apodes (sans pattes) dont la tête et la queue se ressemblent. Lorsqu’ils sont attaqués, ces lézards relèvent en même temps les deux extrémités du corps pour que le prédateur ne sache pas par quel bout attaquer. Annelise : « Ce sont vraiment des animaux fascinants. Le plus ancien représentant de ce groupe présente 12 dents par demi-mâchoire là où les amphisbènes actuels n’en présentent plus que 5 ou 9 ». 

Left: scolecophidien vertebrate found in Hainin (Belgium). Right: Scolecophidien around a thumb

En 2014, Annelise prépare un nouvel article, cette fois sur des scolécophidiens. Derrière ce nom bizarre, se cache un micro-serpent très primitif d’à peine 10 cm de long qui ressemble et vit comme un ver de terre. Là aussi, son plus ancien représentant est belge !

Globetrotteuse

La double compétence d’Annelise (gestion des collections de paléontologie et paléoherpétologie) lui a donné l’occasion d’accompagner de nombreuses expéditions internationales lors de campagnes de fouilles organisées par ses collègues paléomammalogistes. C’est ainsi qu’elle a pu travailler en Transylvanie (Roumanie), au Wyoming, en Chine et en Inde. « C’est à chaque fois une expérience unique et enrichissante sur le plan humain. Nous avons l’occasion d’aller là où les touristes ne peuvent pas aller et de voir de près les profondeurs de ces régions. C’est un peu comme visiter les coulisses de l’Institut ».

Conservatrice Annelise Folie montre les nouvelles compactus
Expert en déménagement

De 2003 à 2009, l’aile Janlet (bâtiment de paléontologie), qui contient maintenant la Galerie des Dinosaures, la Galerie de l’Évolution mais également une grande partie des collections de Paléontologie, a subi des transformations importantes. Durant cette période, environ 16 000 plateaux ont été transférés dans d’autres locaux pour les protéger. En 2007, une des premières missions confiées à Annelise en tant que conservatrice des collections fut d’organiser et de coordonner le rapatriement de ces 16 000 plateaux (environ 1150 m3) dans 5 compactus géants nouvellement construits dans les sous-sols de l’aile Janlet. Cette tâche ne fut pas de tout repos. Il a fallu travailler dans l’urgence des rénovations et faire face à de nombreux problèmes techniques.

À l’arrivée, les plateaux n’ont pas tous pu être directement rangés à leur place définitive. C’est pourquoi des campagnes de déménagements en interne sont encore réalisées chaque année avec l’aide de firme de déménagement ou de jobistes afin de placer les plateaux suivant un nouveau plan d’aménagement des collections. 

Go to top