Marleen De Ceukelaire est la conservatrice des collections géologiques. Et pourtant, elle n’est pas passionnée par les pierres depuis son plus jeune âge. « Je voulais étudier les sciences naturelles, donc j’ai choisi la géologie parce que cette discipline réunit toutes les sciences : notamment la biologie, les mathématiques, la physique et la chimie. Je ne voulais pas déjà choisir. »

Marleen De Ceukelaire, conservatrice des collections geologiques, décrit le contenu de carottes sédimentaires.
Cartographie du sous-sol

Mais pendant ses études à l’université de Gand, Marleen est devenue de plus en plus passionnée par ce qu’est réellement la géologie : la connaissance du sous-sol. « À l’époque, j’ai effectué des recherches sur les nappes phréatiques : les lieux de forage idéaux, la propagation de la pollution sous l’eau… » Ensuite, Marleen a travaillé pendant dix ans à une carte géologique de la Flandre. « Sur la base des informations disponibles, nous avons cartographié les différentes couches. Ainsi, les utilisateurs peuvent directement “lire” s’il y a de l’argile ou du sable sous leurs pieds. »

 

Un travail de gestionnaire des données au Service géologique de Belgique, un département de l’IRSNB, était la meilleure façon de faire connaissance avec les collections géologiques. D’après elle, être conservatrice est la suite logique et même un emploi de rêve : « Je veille à ce que les chercheurs et les visiteurs trouvent les bonnes pièces. Nous travaillons aussi pour d’autres expositions. Dans ce cas, nous sélectionnons ensemble les pièces les plus adaptées. Quelques pièces de notre collection se trouvent ainsi à l’Euro Space Center de Transinne. » 

Conservatrice Marleen De Ceukelaire travaille sur le terrain.
Un pays intéressant

Du point de vue géologique, la Belgique est un pays particulièrement intéressant. Ce n’est pas un hasard si de nombreux noms stratigraphiques (reconnus internationalement) ont été baptisés d’après des villes belges : pensez par exemple à l’Yprésien et au Dinantien. « Pas besoin d’aller loin pour voir beaucoup de choses. » Récemment, Marleen s’est principalement consacrée aux pierres de taille belges, en particulier les pierres flamandes indigènes mais aussi le marbre belge.
 

Go to top