Paardenmarkt

Munition

Après la Première Guerre Mondiale, il restait des quantités importantes de matériel de guerre en Belgique. La collecte et le stockage provisoire dans des dépôts de munitions créait des situations extrêmement dangereuses. La situation étant devenue progressivement intenable et le démantèlement des munitions trop risqué, le gouvernement belge décida à la fin de 1919 de déverser les munitions dans la mer. Pendant six mois, une cargaison de munitions par jour fut déposée sur le banc de sable peu profond du « Paardenmarkt », au large de Knokke-Heist. La décharge tomba ensuite très vite dans l’oubli. En 1971, un chantier de dragage à l’est du port de Zeebruges découvrit des munitions et des obus contenant des gaz toxiques à 17 endroits. Les munitions étant partiellement couvertes d’une fine couche de sédiment, leur état était « étonnamment bon ». En 1988, une étude magnétométrique confirma la présence d’obus dans une zone plus étendue. Désormais, la zone était désignée sur les cartes hydrographiques comme un pentagone d’environ 3 km² frappé d’une interdiction de mouillage et de pêche.

Paardenmarkt

La DO Nature coordonne des prises d’échantillons régulières au Paardenmarkt en collaboration avec la avec la DG Environnement. Il s’agit de détecter la présence éventuelle de substances polluantes provenant des obus contenant des gaz toxiques. Récemment, cette étude a été étendue à certains paramètres biologiques qui peuvent faire office d’indicateurs d’une pollution éventuelle. La DO Milieux naturels a développé des modèles mathématiques de la propagation de substances telles que l’ypérite (gaz moutarde), le CLARK I, le CLARK II et le TNT dans le sol et dans la colonne d’eau en cas d’écoulement de ces substances dans la mer. Les simulations montrent que les effets toxiques de l’ypérite se manifesteraient jusqu’à quelques centimètres à peine des enveloppes qui présentent des fuites.

Pour plus d’informations, nous vous conseillons de visiter le site spécialisé du Service scientifique Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la Mer du Nord.

Go to top