Parcs à éoliennes

Parc à éoliennes Belwind
Permis environnemental

Le plan d’aménagement des espaces marins prévoit une zone dédiée aux éoliennes en mer. En Belgique, pour pouvoir développer un parc éolien, ou toute autre activité spécifique en mer, un projet doit, en plus d’obtenir une concession, disposer de plusieurs permis.

Chaque projet doit donc faire l’objet d’une procédure d’attribution de permis environnemental. Le demandeur doit introduire un rapport sur les incidences environnementales (RIE) auprès du Service scientifique « Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord » (UGMM). L’UGMM réalise alors une évaluation des incidences sur l'environnement (EIE). Le public aussi est consulté : durant 45 jours, un cycle de consultations publiques est organisé en Belgique et, si des effets transfrontaliers sont envisageables, une autre série de consultations est organisée avec le pays concerné.

Sur la base de cette EIE et des résultats de la consultation publique, l’UGMM conseille le ministre fédéral compétent pour le Milieu marin. Dans nos recommandations, nous nous exprimons sur l’acceptabilité du projet pour le milieu marin et sur les conditions éventuelles auxquelles doit répondre le projet pour être acceptable. Le ministre décide alors d’octroyer ou non le permis environnemental. Entre la soumission de la demande et la décision finale du ministre s’écoulent environ 6 à 8 mois, selon le degré de difficulté du dossier.

En plus de la procédure d’octroi du permis environnemental, il existe aussi une procédure d’attribution de concession domaniale pour le territoire. Les demandes doivent être introduites auprès de la CREG (Commission de Régulation de l'Electricité et du Gaz), qui conseille le ministre de l’Énergie. La concession domaniale peut être attribuée avant le permis environnemental, mais elle n’entre en vigueur qu’une fois le permis accordé. Enfin, il existe aussi une procédure pour la pose des câbles nécessaires. La demande doit être introduite auprès du SPF Économie, qui conseille le ministre de l’Énergie.

Parc à éoliennes C-Power
Parcs à éoliennes en Belgique

En 2009, les premières éoliennes ont été installées sur le domaine maritime belge. Une fois que tous les parcs seront opérationnels, on comptera environ 500 éoliennes dans la mer belge.

Le parc C-Power, qui compte 54 éoliennes, se trouve à 27 kilomètres de la côte de Zeebruges, sur le banc de sable Thorntonbank. La profondeur varie de 10 à 25 mètres. Le parc a une superficie de 18 km2 et une capacité totale de 300 mégawatts.

Le parc Belwind, qui compte 55 éoliennes, se trouve à 46 kilomètres de la côte de Zeebruges, sur le banc de sable Bligh Bank. C’est le parc éolien le plus éloigné des côtes au monde. La profondeur varie de 25 à 50 mètres. Le parc a une superficie de 35 km2 et aura, après la finalisation de la 2e phase (Nobelwind, 110 éoliennes au total), une capacité totale de 330 mégawatts. Il fournira de l’électricité à 330 000 ménages.

Le parc Northwind se trouve à 38 kilomètres de la côte de Zeebruges, sur le banc de sable Lodewijkbank. La profondeur varie de 16 à 38 mètres. Le parc comprend 72 éoliennes. Il a une superficie de 35 km2 et une capacité totale de 216 mégawatts.

Les s.a. Norther, Rentel, Seastar et Northwester 2 ont déjà reçu un mandat et un permis pour la construction et l’exploitation d’un parc éolien. Quand ces parcs seront opérationnels, la zone prévue pour les éoliennes sera complète.

Pour plus d’informations, nous vous conseillons de visiter le site spécialisé du Service scientifique Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la Mer du Nord.

C-Power monitoring - Alain Norro
Rapport de suivi

Les conséquences de l’installation des éoliennes sur l’écosystème marin doivent être étudiées. Le permis environnemental prévoit donc que la DO Milieux naturels réalise un programme de suivi. En 2013 a eu lieu le symposium WinMon.be 2013. Il a réuni 150 scientifiques et décideurs à Bruxelles pour discuter de six premières années du suivi des parcs éoliens belges en mer.

Prise électrique en mer

Une zone est aussi prévue dans le plan d’aménagement des espaces marins en vue de l’attribution d’une concession domaniale pour la construction et l’exploitation d’un réseau maillé en mer (Belgian Offshore Grid BOG) aussi appelée « prise de courant en mer ». Cette dernière devrait à l’avenir faire partie du Norhtsea Offshore Grid, un réseau d’infrastructures électriques entre les différents pays autour de la mer du Nord.

Go to top