Mesures en mer

Tripode

Depuis 2004, la DO Nature procède régulièrement à des mesures sur le fond du Plateau continentale belge, à l’aide d’un tripode de mesure. Cette structure immergée est équipée de toute une série de senseurs océanographiques :

  • des appareils de mesure de la vitesse des courants, tels qu’un profileur doppler acoustique (ADP) et un courantomètre doppler acoustique (ADV),
  • un senseur CT qui enregistre la température et la salinité de l’eau de mer,
  • des senseurs de rétrodiffusion optiques (Optical Backscatter Sensors – OBS) et acoustiques (ADP, ADV et AquaScat), qui mesurent la concentration en sédiments en suspension dans l’eau de mer,
  • un LISST100x et un AquaScat qui mesurent la taille des particules en suspension,
  • un appareil (C-PoD) qui décèle la présence de cétacés grâce aux sons émis par ces animaux,
  • un appareil d’échantillonnage passif destiné au contrôle chimique de l’eau de mer.

Le tripode (qui, avec les appareils qui y sont fixés, pèse près de 850 kg !) est déposé sur le fond de la mer par le bâtiment de recherches océanographiques RV Belgica. Après être resté immergé pendant trois semaines, le tripode est remonté à la surface, afin de pouvoir analyser les données enregistrées et régler à nouveau les appareils.

Depuis la mise en service de ces instruments, ceux-ci ont déjà enregistré pour plus de 2000 jours de données. Depuis l’automne 2009, un observatoire côtier permanent est installé sur la borne MOW1, une borne de mesure qui se trouve à l’entrée du port de Zeebrugge. D’autres tripodes de mesure sont placés sur des sites au large comme le Kwinterbank, le Gootebank, la borne MOW0 et les parcs à éoliennes, ainsi qu’en un point proche de la côte à hauteur de Blankenberge.

Les mesures effectuées à l’aide de ces instruments sont utilisées aussi bien pour la recherche scientifique que pour la validation des modèles mathématiques relatifs au transport des sédiments ou des modèles mathématiques hydrodynamiques.

Go to top