CEBioS

Benin marchée

« Capacities for Biodiversity and Sustainable development » (CEBioS) est un programme financé par le Directorat-général pour la coopération au développement et administré par l’IRSNB. CEBioS a pour objectif de renforcer la capacité locale des pays partenaires de la Coopération belge au développement dans le domaine de la conservation de la biodiversité et du développement durable relatif à l’éradication de la pauvreté.

Nous travaillons dans le cadre des obligations internationales de la Belgique (Convention sur la diversité biologique) et de la Stratégie européenne en matière de biodiversité jusqu’en 2020. Nos activités comprennent la coopération institutionnelle avec des organisations partenaires, des appels à propositions pour des financements à court terme, des séminaires, des formations, le soutien à la politique, des projets ciblés, la sensibilisation du public, ou encore des publications.

Nos institutions partenaires sont situées en Afrique (Bénin, RD Congo, Burundi), en Amérique du Sud (Pérou) et en Asie (Vietnam). Nous soutenons celles-ci financièrement afin qu’elles puissent mieux effectuer leur travail sur la conservation de la biodiversité (et de la nature), la gestion et la recherche (parcs nationaux, modélisation marine, par exemple).

Capacity building

Que signifie « renforcer la capacité » dans la pratique ? Nous donnons à de jeunes scientifiques la possibilité d’acquérir de nouvelles aptitudes et techniques et de comparer leur matériel de recherche (collections d’insectes, de poissons…) à l’IRSNB, dans des universités ou d’autres institutions dédiées à la recherche scientifique en Belgique, grâce à des financements à court terme via l’Initiative taxonomique mondiale. Nous finançons en outre des sessions de formation sur place dans les pays partenaires pour former des gardes de parcs nationaux, des étudiants et des jeunes chercheurs dans le secteur de l’écologie, la taxonomie et les services écosystémiques, et préparer la nouvelle génération de scientifiques dans les pays du Sud à la conservation, l’utilisation et la gestion durables de la diversité biologique.

Nous formons et soutenons des points focaux dans des pays partenaires en vue de créer, mettre à jour et gérer leurs propres sites internet, ou de développer des stratégies de partage de l’information (‘Clearing House Mechanism’).

Nos partenaires du Sud ont également la possibilité de lancer des projets destinés à la sensibilisation du grand public, des écoles et des décideurs politiques. Nous contribuons aussi à sensibiliser le public belge au lien existant entre la perte de biodiversité et la pauvreté dans les pays du Sud.

Nous nous efforçons d’intégrer autant que possible les idées, concepts et principes de la conservation de la biodiversité et du développement durable lié à la réduction de la pauvreté dans les décisions politiques à tous les niveaux de gouvernance, en Belgique, en Europe, au sein des Nations Unies et auprès des gouvernements nationaux (ce que l’on appelle l’intégration).

Nous soutenons nos partenaires du Sud dans la mise au point des indicateurs et des systèmes de rapportage au niveau des universités, des ministères et des agences ministérielles.

Nous expliquons la fonction et les conséquences du Protocole de Nagoya, tant en Belgique que dans les pays du Sud, à savoir l’accès équitable aux ressources génétiques et le partage des bénéfices : comment les pays du Sud peuvent-ils tirer profit de leur grande variété de plantes, d’animaux et d’écosystèmes, ainsi que de leur savoir traditionnel, sans être exploités par le monde industrialisé et riche ?

Go to top