Écologie et gestion marine

Marsouin

La mer est un environnement très « international », à l’accès relativement libre, sans frontières clairement définies, dans lequel des masses d’eau se déplacent et où vivent des populations d’êtres vivants. Il serait donc inutile que chaque pays côtier développe sa propre politique de gestion de l’environnement marin. De telles politiques sont généralement coordonnées au niveau international, à des échelles régionales aussi différentes que l’espace de la mer du Nord ou l’ensemble des mers et des océans du monde. Une conséquence du caractère international des politiques ayant trait à la mer est que la gestion nationale de la zone marine sous juridiction belge est fermement ancrée au niveau international, comme par exemple la Commission européenne, qui a rédigé plusieurs Directives concernant la protection des espèces et des habitats marins, la Convention OSPAR pour la protection de l’environnement marin dans l’Atlantique du nord-est, l’Accord sur la conservation des petits cétacés dans la mer Baltique, l’Atlantique nord-est, la mer du Nord et la mer d’Irlande (ASCOBANS) et la Commission baleinière internationale (IWC).

 

L’équipe Écologie et gestion marine (MARECO) du DO Nature fournit des conseils scientifiques au gouvernement fédéral dans des matières relatives à l’écologie marine. Des membres de MARECO prennent part aux discussions scientifiques dans les instances internationales et traduisent les résultats de telles discussions en conseils qui sont fournis aux administrations gouvernementales compétentes. Ils procurent à des bases de données internationales des informations concernant les espèces et les habitats collectées au niveau national, afin de contribuer à une meilleure évaluation de l’état de l’environnement. Ce genre d’activités a lieu notamment dans le cadre du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), une organisation pour le développement de la science qui fournit des conseils destinés à promouvoir l’utilisation durables des océans.

Couteaux Atlantique
En pratique

En pratique, les membres de MARECO sont impliqués dans un certain nombre de domaines en rapport avec le soutien à la politique sur la biodiversité en mer et océans, comme la fourniture de conseils en ce qui concerne l’autorisation d’activités industrielles au large ou en cas d’incidents en mer comme des pollutions marines ou des collisions entre bateaux. Les objectifs principaux sont d’identifier les menaces et de fournir des conseils par rapport aux mesures de mitigation et de compensation :

  • Espèces et habitats, y compris, mais pas seulement, ceux qui sont menacés et en déclin ; les espèces faisant l’objet d’une attention particulière de la part de MARECO sont les mammifères marins, l’huître d’Europe, les méduses, de même que des espèces confinées à des substrats durs artificiels dans les eaux belges ;
  • Espèces exogènes, de même que la façon dont celles-ci s’infiltrent dans les eaux européennes (comme par exemple les organismes qui se fixent sur la coque des navires) ;
  • Les déchets sur les plages, afin d’estimer les tendances et de contribuer à mettre au point des mesures ;

La pollution sonore sous-marine, entre autres en relation avec la construction de parcs à éoliennes au large.

Go to top